SORTIE BASE SOUS MARINE

28 JANVIER 2007

 

Le plus difficile fut de faire démarrer les voitures. Elles ont eu du mal à se lever matin et les batteries ou les compressions ont manifesté l’état de santé qui pour des demoiselles d’un âge que nous annonçons fièrement est parfois inquiétant.
Bref, après la mise sous perfusion d’essence ou de chargeur, elles ont à peu près toutes accepté notre sollicitation et nous avons pu nous retrouver dans la froidure matinale, mais avec le soleil !

 

Il y avait du monde dans les manteaux, nous avons même vu notre  président promenant son labrador  qui faisait concurrence à 6 autres labradors sur le site, nous avons cru un instant nous être trompés de manifestation, mais non, la DS du glacier nous a rassurés : c’était bien le dernier dimanche du mois à la base sous-marine…

Gilles avait vu la porte de son garage squattée par un stationnement abusif, et, toujours aimable, il avait pris sa Sim4 que la neige protégeait depuis plusieurs jours.
Jean Pierre et Francis, venus en frères siamois avaient la voiture et l’équipement du doute, alors que Bernard S. faisait rouler la Corvair qui sortait de l’infirmerie.

A midi et demi, nous sommes partis, sur les conseils éclairés du Président vers un lieu de restauration que nous mettrons une heure à trouver : fermé et inaccessible. Nous nous sommes rabattus vers un « viandeur », qui nous a recueillis, nourris, chauffés, contre espèces trébuchantes. L’ambiance fut chaude et la journée se rattrapait de son laborieux démarrage.

 

Le départ a été tardif, l’arrivée pour la première étape nous a vus orphelins de deux d’entre nous qui ont été découragés par les feux abusifs, la température. Pourtant, pour voir la glacière de Mérignac c’était l’idéal.

La deuxième étape nous a portés dans le parc de Bourran, toujours à Mérignac voir le petit pont médiéval, en cours de restauration, il sera superbe dans quelques mois au printemps. La jeunesse, qui inaugurait en Alfa rouge son année de permis, autorisant (enfin !) la conduite d’une ancienne sans surprime d’assurance, a tenté le bain dans le lac gelé, sous l’œil aguerri des anciens qui savent…

La troisième étape fut la dernière. L’heure avançant, la cité Le Corbusier (Frugès)  à Pessac,  nous dispersa, laissant 5 courageux qui ont poursuivi la visite dans le musée municipal ouvert dans un habitat restauré à l’identique, avec  une guide passionnante de culture et d’anecdotes sur ce quartier, qui est en cours de renouveau, et présente tous les aléas du temps sur un habitat révolutionnaire en 1924.

 

Gradignan, sera une autre fois. Dans le musée de la cité Frugès nous avons eu la surprise de trouver en photo les ponts Eiffel de Cubzac sous de nombreux aspects, ainsi que la serre de Gradignan qui aurait été la quatrième étape de la sortie si la nuit n’avait stoppé notre élan.

Au final, neuf voitures, vingt personnes, qui dit que le froid décourage ?


Et attention, beaucoup n’avaient pas le chauffage dans leur véhicule !!!!

Georges

 

   
Pour tout savoir sur la cité Fruges http://www.cv-aurelien.com/realisations/le_corbusier/citefruges.htm
   

D'autres photos de la base sous marine

Retour au sommaire des retrospectives

  Retour Accueil