UNE SORTIE ENTRE DEUX MERS

21 NOVEMBRE 2004

liquez sur l'image pour l'agrandir

cliquez pour agrandircliquez pour agrandir cliquez pour agrandircliquez pour agrandir

A L’appel de Frédérique et François quelques voitures et des amis se sont retrouvés à l’ombre des ruines de l’abbaye de la Sauve Majeure, à midi précise comme il était spécifié.

Le pique nique sous la halle locale fut animé et comme à l’habitude le clos de l’Hermitage fut de la partie. Nous avons pudiquement omis les photos, par contre, bons citoyens et écolos que nous sommes nous avons nettoyé notre table.

David, arrivé tardivement, nous a expliqué pour se faire pardonner qu’il s’était dévoué sur un coup de fil (de 11 heures comme le bouillon) à aller sauver une épave en péril avant de nous rejoindre. Le dessert et le café chez nos hôtes fut l’occasion de constater qu’il existe une nouvelle unité de mesure pour le jardin : la voiture, on ne comptait pas en m2 mais en voitures/jardin, et le leur fait facilement 12 voitures jardin, certaines en morceaux mais si vous êtes des nôtres je suis sûr que chez vous c’est la même chose. Ici, on tassait avec un camion de pompiers.

Les préliminaires terminés, nos GO nous ont briefés et lâchés dans la nature, une nature automnale de toute beauté où quelques lieux enchanteurs ont fixé définitivement une traction (à ce propos elle est à prendre pour ce qui en reste, une 11 BL malle plate d’après guerre semble-t-il).

La cave de Rauzan fut notre première étape et tout le monde fut à l’heure ou presque (voir le trésorier qui a musardé en route…). Ensuite convoi jusqu’à Saint Emilion où un garage bien connu abrite trois belles endormies : une 201 en WW (mais pas d‘origine), une Simca 1000 dernière génération et une Simca 5 que la poussière protège des agressions.

Le monde présent dans la cité nous fit monter garer les vieilles sous les remparts et de là descente pédestre sur pavés disjoints vers le musée exposition de céramiques dans de splendides carrières. Toute la poterie française populaire et quelques belles œuvres contemporaines.

Encore merci à Frédérique, François et leurs amis pour cette journée sans accroc. Ils ont gagné le droit de nous en préparer une à la fin du printemps 2005 dans le Médoc.

PS : pour les morceaux de la traction contacter Georges.

GEORGES

Retour accueil

Retour au sommaire des retrospectives