90 mn chrono

Il a fallu bien du travail pour être à l'heure car les embouteillages furent de la partie mais les Fous sont de parole, ils étaient à l'heure à Libourne, sauf  pour ensuite démarrer ensemble, il y a toujours quelque chose d'urgent à dire

Avec 90 mn dans le rétroviseur  les organisateurs ont finement négocié le retour dans la plage idéale : arrêt raccourci, vitesse un peu plus rapide (50 km/h, vous vous rendez compte ???), bref, à midi, à peine 30 mn et pourtant nous avons suivi tout l'itinéraire touristique prévu et perdu un rétro dans un croisement.

Repas sous la halle avec le matériel (tables et chaises) stocké par la mairie que nous remercions. Et après l'impondérable au départ : la découverte d'une caverne d'Ali Baba pour un fou : de tout à pas de prix puisque rien n'est à vendre...  et retour à la case départ avec de nouveau 90 mn de handicap. Michel, qui vous le savez n'organise plus rien, était un peu nerveux mais l'ineffable Jean Pierre  nous avait fait profiter de sa découverte, et cela n'est-il pas l'objet de nos sorties ?

A l'heure à Lascaux, comme chez Terminator  c'était le 4, et il y avait à voir avec un guide qui a su manier le subjectif et le supputé de la grotte pour intéresser son public. Je passe sur le calcul de 23/25 qui prouve une nouvelle fois que Michel est indiscutable dans le calcul.

Après une route calme et plus décontractée, arrivée au camping où encore comme dit Michel, « il faut savoir parler pour être compris ». Nous fumes compris, sauf par le mitigeur qui, inversé, refusait le chaud au chaud et persistait à délivrer du froid au chaud.
L'arrivée des derniers participants en soirée ouvrit l'apéro qui délia les langues sans tourner les têtes. Repas traiteur de qualité et début de la nuit.

Pourquoi début ? À 2 h 48 exactement, le ciel se déversa jusque vers 8 heures, une ondée ferme et virile comme on dit, qui tambourina tout le restant de la nuit et maintint les fous éveillés. Petits yeux matins font auto mouillée au départ. Bain de siège, bain de coupelle de bougie, bain de malle, bain d'électronique, bain de toute la voiture. Nous avons vérifié que toutes ne sont pas étanches et qu'elles ne survivent pas forcément. C'est comme certains réservoirs qui ont soif plus que de raison et induisent en erreur nos participants. Enfin, tout s'arrange avec du travail et de la bonne humeur.

Juste pour vous éviter d'écouter des bruits de couloir, c'est vrai, j'ai fait attendre tout le groupe un temps certain, mais avec Régis nous avions une excuse : trois biches au bord du bois et puis lorsque nous avons regardé la route plus de voitures des fous devant nous, perdus au fond des petits chemins défoncés et terreux nous avons ramé (au propre aussi en passant le gué) et nous avons rejoint le groupe qui attendait patiemment (c'est ce qu'ils ont dit...).

Journée sage : villages, petite ville charmante et belles halles anciennes au programme. Y compris une intervention d'une élue qui indiqua que nous étions mal garés. Nous mimes un peu d'ordre (non pas comme Dalida à nos cheveux mais à notre parking). Promenade digestive à pied et poursuite du circuit.

Heureusement Collonges la Rouge nous récompensa par son accueil.

Retour camping, retour traiteur, je ne vous parle pas du petit apéro ni de notre ami Yxxx qui n'avait « que le slip de sec » (dixit) comme il déclara à sa moitié arrivant et le trouvant en compagnie d'une gente membre du club... là encore la rumeur est au dessous de la stricte vérité.

Belle soirée et nuit enfin moins bruyante qui permit de refaire des forces avant un départ presque sec pour Souillac et son musée des automates.

Petite contrariété sur le chemin de sortie de la ville pour une voiture de fou qui laissa sur place l'agresseur KO debout, les vieilles ont plus de rigidité que les jeunes.

Et encore 90 mn dans l'horaire pour arriver à la ferme auberge qui a vu les fous traîner autour d'une table délicate et abondante.

Il ne restait plus qu'à rentrer, quelques uns sont partis directement car une longue route les attendait,  les autres ont suivi les organisateurs avant de se quitter autour du verre (eau  de source pétillante, pas de pensées malsaines SVP).
Un vote par acclamation a reconduit les organisateurs pour l'année prochaine, un sans faute encore une fois et que des regrets de se quitter.
Bien sûr quelques pannes,  mais quelle solidarité autour des malheureux dont aucun encore une fois n'est resté sans solution. C'est cela les Fous, et c'est pourquoi nous sommes si nombreux à sortir avec eux.
Merci à tous les participants et à leur engagement dans le groupe.

Retour