DES PETAROTS SANS D'AOUT ?

Boire ou conduire ou boire et conduire ?
Ou en français : l'essence est-elle nuisible à la santé ?

 

Derniers arrivés, on s'organise

Comment ça va depuis la dernière fois? oh, un peu de rouille mais rien de grave.

Il ne manque pas d'air
Un orage est annoncé, on amène aussi le bateau

Le départ a lieu dans un lieu élevé, bien élevé, tout le monde est à l'heure sauf le départ qui se traîne autour du café, excellent par ailleurs le café, l'un explique l'autre.
Enfin, tout à un début et nous partons, nombreux et connaisseurs mais joueurs : une bonne moitié a changé de monture depuis juillet, là est le jeu.

À montures  nouvelles  routes nouvelles, pentues à peine (nous sommes dans le Bourgeais tout de même) et peu de descentes car il faut suivre sa pente en montant vers les sommets. Heureuse herbe qui pousse en ligne au milieu de ces chemins, je n'ose dire routes, vous en verrez peu de photos, je n'ai pas pu dégainer tant il fallait d'attention pour rester en ligne sans trop perdre de vue les échappées sur le lointain du paysage.

Après moult tours et détours, sans compter les montures nouvelles mal dressées qui nous ont occupé un peu du côté des carburateurs, des courroies, des supports moteurs, de l'essence de mauvaise qualité qui n'aime pas les « meules », nous sommes arrivés au Lac du Moulin Blanc. Il n'y avait que lui de blanc à notre            arrivée, mais nous étions tous là. Les Fous c'est tous ou personne.

Orange, à la fin on ne parlait que de citron...
Chevalier Bleu qui roule bleu et persiste

Repas sous les arbres, quelques anciens -typés « local »-  ont tourné autour de nos jouets à nous, et, heureusement qu'il y des moins de 20 ans pour mettre l'animation et avoir la trousse de premiers secours avec tournevis, tournevis autre, bougies, chiffons, clé à bougie, clé de 8, de 17, de 11, etc... prenez en de la graine les anciens.

Robinet noir dans...
Les voitures balais
   

Dans l'après midi, un autre typé local a jailli de son chez lui de l'autre côté de la route quand au sommet d'une côté notre jeune à la vue acérée regarda une roue jetée dans un roncier. A cet âge, normalement, cela ne sort plus et se traîne, c'est faux, je peux certifier que cela a de l'agilité, plus que moi, que cela a la dent dure, le caillou obtus. Est-ce pour cette raison que dans la côte suivante ma monture a rendu son souffle en bas de la côte et moi le mien en haut ? Changement d'herbage réjouit le veau. Donc je passe le guidon à un passager de quatre roues qui perd l'âme du 2 roues dans la côte suivante.

Remis, je reprends le 49,9 et après quelques tours manette à fond et cravache sortie il accepte de continuer comme de rien (le 2 roues, pas le Fou). Sur les conseils de l'organisateur je rejoins quand même le paddock avec  les voitures suiveuses. L'organisateur avait raison, nous avons eu 20 mn de tranquillité pour discuter, boire à l'ombre avant l'arrivée du troupeau hétéroclite  mais en règle : gants, casques, lumière (pas à tous les étages mais bon, c'est plus cher et nous sommes chez les Fous).

Repos, chargement des montures, encore repos, et puis, en attendant la pluie qui ne vient pas nous rentrons en abandonnant 2  montures récalcitrantes que nous récupérerons dans la semaine. La mienne  rentre par la route, poignée à fond en coin, ce qu'elle aime.
Merci aux fous qui m'ont bien secouru, aux folles qui m'ont encadré lors du retour prématuré à Bourg, et nous sommes tous prêts pour le prochain car cela ouvre l'appétit.
Juste quelques réflexions pour finir :
1/ il existe encore des routes et chemins que nous n'avons pas encore parcouru dans cette Haute Gironde, si, c'est prouvé,
2/ L'essence d'aujourd'hui ne vaut rien pour nos anciennes, cochonneries qui colmatent les carbus, consommation exagérée, heureusement qu'il y  avait des jerricans d'avance,
3/ contrairement aux « meules », aucun de nous n'a manifesté la moindre faiblesse après avoir ingurgité les liquides locaux, preuve que la qualité protège, et même certains étaient en meilleure forme après absorption... non, là je blague, nous sommes responsables.
4/ un plan ORSEC est en cours d'élaboration pour faire tourner nos engins aux produits locaux, nos chimistes pensent aboutir lors de la sortie lointaine et nous y faire tester le résultat.

Voilà, comme vous le voyez, pendant que sur Bordeaux le ciel pleurait, nous aussi, nous pleurions mais de rire !

Merci à nos organisateurs et aux participants.

 

Retour