PREMIERE SORTIE 2016

DE BORDEAUX A St EMILION

 

« Il y avait de l'eau par dessus les roues

et pourtant elles roulent »

Tout le monde était à l'heure, pour une sortie de fin d'hiver c'est remarquable.

Petit café, viennoiserie, soleil et fraîcheur avant un départ cadré pour un circuit annoncé comme tranquille.

Tout le monde est attentif aux consignes, surtout pour le petit lac qui couvre la route vers Ambés, mais rien de bien méchant et après le passage du pont Chaban tout s'enchaîne sans accroc avec le road book.

Savignac sur l'Isle la mal nommée, oui, j'ai fait un crochet sur le circuit et l'ai repris avec une heure de décalage sur les autres participants, mais il faisait beau et le cabriolet décapoté m'a encouragé à faire le circuit complet. Je peux témoigner que Savignac est DANS l'Isle, j'ai roulé sur l'eau et comme la mer Rouge l'eau s'est refermée, mais sur ma voiture; jolies arabesques mais passage plus que limite, la voiture bleue avec le phare sur le toit a bloqué le passage alors que j'étais au milieu du gué. La suite de l'itinéraire m'a permis de sêcher un peu la voiture, ehors et dedans, le dessous était nickel.

Tout juste pour certains un tour de rond point supplémentaire pour passer derrière le suivant, pour le plaisir bien sûr.

Je ne vous parlerai pas des voitures d'un temps que les moins de 65 ans ne peuvent pas connaître: type champignon à la planche et bruit d'échappement en liberté. Ceux qui ne savent pas n'ont qu'à se souvenir du blanc et du rouge derrière (un peu) à côté (encore moins qu'un peu) et devant (très peu) et à l'horizon (beaucoup).

Saint Emilion, parking humide et femmes qui ont eu l'intelligence de descendre au petit pont pendant que les chauffeurs allaient se souiller les souliers dans la gadoue. Et certains disent que l'homme est le plus malin...

J.L. a choisi de repeindre sa voiture entre le départ et la pause de midi, mais il nous a habitué à ces menus incidents qui font la surprise des sorties, et avec une telle décontraction que c'est so british bien qu'il ait des italiennes fougueuses et des françaises gourmandes.

Belle visite, un cloître en cours de restauration, des bâtiments ruinés qui vont retrouver une jeunesse, quelques essais réalisés depuis les années 2000 qui laissent augurer une magnifique suite à ces travaux.

Lieu agréable pour le repas improvisé au panier, tout le monde a trouvé une place avec les gouttes qui ont entraîné le repli dans la grande salle.

Il n'y à pas que des grands vins dans notre région, une source d'eau minérale captée à 472 m sous le nivea de la mer nous aide à finir la journée dans des conditions nominales.
Avec et sans accessoires, JP siège royalement en toutes circonstances.

Vers quinze heures, nouveau départ pour la suite du road book, là j'ai abandonné et suis rentré, mais je sais que tout s'est bien passé car avec les organisateurs en charge de la journée il ne pouvait en être autrement.

Des claquements, peut être une bielle ? Non, seulement des cigognes (le printemps n'est pas loin).
Quatre nouvelles autos, et même deux Renault dont une Alliance assemblée à Kenosha dans le Wisconsin.
   

Cette journée a vu la bonne humeur être récompensée et la mauvaise humeur bannie. Le ciel nous a aidés à balayer les nuages et laver les voitures.

A la prochaine!

 

Merci à Patrice et Annick C. pour cette sortie, merci à Christiane et Michel B. pour l'intendance.

 

Retour