PETAROTS

30 août 2015

Départ pour certains de Saint André, petit convoi, qui a suscité l'intérêt: mardi des curieux m'ont indiqué avoir rencontré dimanche de vieux 2 roues en allant vers Bourg, suivis par des voitures du même âge. Nous avons été vus.

En arrivant au port de Bourg mon AV32 a ralenti et s'est tu. Yves m'avait indiqué que c'était un choix inadapté, mais un président c'est têtu. Le pétarot m'a sauvé de la fatigue et après presque une heure (*), il a rejoint un abri sombre et j'ai pris place sur une limousine avec chauffeur. Je n'ai pas regretté le choix car les mises à niveau, (les pentes) se sont enchaînées avec vigueur, c'est peu de le dire.

Père et fils, en sécurité pour le fils, recommandations maternelles, une quinzaine de deux roues, trois ou quatre biplaces, 5 / 6 voitures suiveuses, temps beau et un peu chaud selon les lieux, tout a fonctionné à merveille.

Magnifique circuit, routes bien exposées, longueur équilibrée et enfin repas à Roque de Thau où Lorraine qui travaillait nous a enfin rejoints après bien du temps. François héroïque a attendu pour déjeuner,   je ne voudrais pas diminuer ses mérites mais je crois que c'était Lorraine qui avait le panier repas... et il n'a pas voulu partager les nôtres. Nous n'avons pas eu la force d'attendre Lorraine, les estomacs criaient et manifestaient, on a de justesse évité les CRS.

En attendant Lorraine, François héroïque nous a regardés, la vigie, à l'heure de la sieste pour les autres FOUS


Ensuite un festin de roi en tête à tête, service privé sous les frais ombrages, les marquises ont droit au tabouret (voir LouisXIV), le chef médite que cela va alourdir les pétarots pour la suite.

L'après midi, petit circuit identique avec le moulin de Lansac, bien connu pour achever les chevaux, 22% de pente, aucun humain ni aucune machine n'y arrive d'un seul élan, on le confirme, surtout par 35 à l'ombre sans ombre.

Quel bonheur d'être DANS un véhicule.
 Et en presque haut de la côte, un stop, le VICE!
Les rares passants sont surpris et s'arrêtent dans la chaleur
Point haut, joliment restauré et avec un peu d'ombre et un poil de vent, un rêve 
Eux aussi portent le casque
Le couple infernal Vespa Lambretta
Du haut de cet escargot 40 siècles vous contemplent
3 pétarots ont manifesté des réticences
Cela monte de 22 mètres sur 100 mètres, mais Jean Pierre veut faire plus, est-ce raisonnable? non c'est FOU.

Descente prudente et arrivé à bon port, les discutions sont engagées pour envisager le parcours 2016.

Nathalie, Yves merci pour cette folle ballade.

Retour