LE LOT ET DES FOUS

Sortie lointaine: 19-20-21 septembre, ou le patrimoine au volant.

Sauveterre de Guyenne  a accueilli les fous sur un parking tranquille où les retrouvailles matinales furent accompagnées du café de Christiane.

   

Puis départ (à l'heure!) et route campagnarde qui a permis aux voitures de rouler à « ma main ». Bien sûr l'affection des fous n'a d'égale que celle des véhicules et une italienne a failli divorcer de son pot d'échappement. Comme avec une 2 CV du fil de fer et « roule ma poule »

Nostalgie de l'essence avec plomb sur le bord de la route et enfin les choses sérieuses: le premier pique nique. Comparaison de fauteuil, CAC 40 de l'échange des petits plats à Gavaudun sous la halle colorée de soleil et au pied du château.

Puis activité bernardesque n°1 en contravention avec la loi. Nous avons RDV, on part par le chemin des écoliers...

... et on aime tellement qu'on en profite pour faire des tours et détours avec au bout: Bonaguil et son guide, rien que de le voir vous avez tout. Il a capturé les fous et folles durant deux heures, des grottes au sommet du donjon avec les 7 ponts levis, les 7 portes et la cave à vin au bout du chemin. Vide quand nous sommes arrivés, mais elle est là.

Bonaguil n'a jamais servi à rien mais était le reflet de la puissance de son propriétaire.

Aujourd'hui on roule carrosse hier on construisait des châteaux, ainsi va la vie.

Dans la basse-cour une brochette de poulettes sur le banc illustre son propos. Et  l'expérience du puits de 40 m où le contenu du verre d'eau tombe et tombe et tombe etc... et encore longtemps après on entend « plic».

Il faisait beau, alors de photos plutôt que des mots ou des maux car monter au donjon se mérite.

Après Michel et Christiane se sont dévoués pour aller récupérer les clés des logements et nous avons récupéré aussi mais au bar. Là encore, un peu de tradition: table des femmes, tables des hommes.

Prise de  possession des logements, et direction après une rapide toilette vers la seconde activité importante des fous: l'apéro et le repas du soir.

Retour nocturne qui se passe bien et violent orage dans la nuit qui nous a donné une mare aux canards le matin, mais malgré la petite fraîcheur nous avons petit déjeuné dehors.

Le samedi, c'est journée grottes Pech Merle, avec avant bien sûr la cérémonie du plein pour ceux qui ont toujours autre chose à faire et qui croient qu'il y en a encore dans le réservoir.
Tout va bien, on est encore à l'heure, exceptionnel que l'on tienne ainsi les délais. Parking bien en ordre et pour les photos voir le site de la grotte qui est à ne pas manquer.

Pique nique dehors, chacun promène » son chien et Clémence prend très au sérieux cette responsabilité. Puis activité bernadesque n°2 comme de coutume.
Cahors, par des routes uniques de sens et de largeur, et nous sommes à l'heure, même en avance! L'horloge nous le dit sur le quai.

Notre guide en joint les mains de bonheur et elle a eu du cran de nous accompagner cette après midi, passionnante et passionnée, elle nous fait vivre la rivalité marchands seigneurs et à la fin c'est toujours le peuple qui paye. Une belle et éternelle histoire.

   

Dans la cathédrale des vitraux contemporains qui n'ont pas fait l »unanimité,  des fresques médiévales, un cloître inachevé pour cause de construction de palais épiscopal, et oui... et pour finir le pont Valentré qui ne sert à rien dès le début mais qui marque lui aussi la puissance de ses commanditaires.

Nous ne sommes pas sectaires, alors nous avons pris le petit train pour regagner les voitures

Au camping, apéritif et accueil du président ( de son épouse et d'un ami en VW) du club Morris minor; un « local » anglais jusqu'à il y a 23 ans. Très bonne ambiance autour des voitures et verres vidés avec plus de parcimonie que nos réservoirs.

Le matin, parade devant l'entrée du camping. Certains ont sorti la grande échelle pour mieux voir. Le résultat est un embouteillage qui empêche les autres campeurs de quitter les lieux. Les Fous ont bloqué un camping, qu'on se le dise!

Départ pour Montpazier dont la visite se fit après colonisation de la place centrale de la Bastide. Un orant prit place dans la baie extérieure du mur de l'église, une bais sans histoire connue ni usage défini. ensuite  les rues principales, rues adjacentes et rues arrières n'ont plus de secret pour nous.

Nous levons le camp pour Issigeac où encore un parking réservé pour les VIP'S nous attend.
Repas reposant avant une dispersion au fil de la route et des croisements.

Personne n'est resté sur place, tout a bien fonctionné, merci Michel et Christiane pour la précision de la logistique impeccable dans tous les secteurs.
Bravo aux participants qui ont tous apporté leur bonne humeur et leur travail pour que nous laissions les lieux utilisés impeccables après notre départ. C'est ainsi que l'on valorise la voiture ancienne. Nous devrions sortir plus souvent, c'est pour rendre service, pas pour prendre du plaisir.

Message privé: oui Clémence, je ne comprends pas tout, il faut m'expliquer longtemps, mais après je sais, la preuve: regarde ce que tu m'as appris à dessiner.