AUBETERRE 2014

ou

« les Fous étaient fermés de l'intérieur version III »

Après les WC étaient fermés de l'intérieur,  film connu, la Buick était fermée de l'intérieur, sortie lointaine épique, voici un nouvel épisode des Fous avec un temps  humide par intermittence, un peu comme les intermittents du spectacle, peu, mais d'excellent niveau.

RDV au parking de la gare à Saint André. Tout va bien, on est à l'heure, la tenue est estivale malgré le temps, les paniers sont bien garnis, le rosé est au frais.
Première étape au centre commercial de Saint André pour saluer le rassemblement mensuel qui est fort d'une cinquantaine de véhicules cette fois-ci avec un panel assez ouvert de voitures.

 

Ensuite? Route sans difficulté jusqu'à Aubeterre malgré les travaux à  Coutras et Saint Aulaye qui détournent un peu la route.

Aubeterre, son bord de Dronne, magnifique sous les platanes qui nous protègent un peu des humidités du ciel, un peu disais-je. On hésite un bon gros ¼ d'heure puis on commence à sortir les affaires.

Là, la fantaisie des voituriers français bloque la malle en position fermée avec les vêtements, le panier pique nique, la batterie de secours, les boissons, bref, le minimum vital pour un pique nique et le kit de survie de la voiture.

Les uns ne se laissent pas aller, les autres essayent d'opérer.

Le médecin-chef tente la cœlioscopie car il a déjà opéré la malade. Opération réussie par le passage des fils du feu d'éclairage de la plaque, la malle s'ouvre enfin et de suite on ampute  pour éviter une récidive.

Qui dit que les fous n'ont pas LA solution?

Bien sûr pendant ce temps des bourrasques ont perturbé le déjeuner mais ne l'ont pas interrompu, les parapluies ont aidé à passer le cap.

Nous n'avons manqué de rien, même le brie a coulé, ce qu'il sait le mieux faire, Martine en fut parfumée pour l'après midi.

Puis montée au parking du château, et visite de l'église rupestre nous a subtilement indiqué la guide en donnant les différences avec troglodytes ou monolithe et en énumérant toutes ces églises de France et de Navarre.

Deux fous ont dérapé dans un sarcophage  désaffecté et ont été retenus de justesse par la solidarité du groupe.

Magnifique visite, escalier et galerie de visite à l'étage qui ont permis de se sentir le sire du village un instant, ou alors le chanoine au choix de chacun.
Sans oublier la crypte, et désormais nous savons pourquoi il y a tant de reliques de la vraie croix: on prend un morceau de bois, on le frotte sur un morceau de la Vraie Croix ou sur le Saint Sépulcre, et hop, c'est un morceau de la vraie croix, transmutation immédiate. 

A la sortie, photo de groupe, un nombre impressionnant de fous: 31  chien non compris. Le problème des photos de groupe c'est qu'il n'y a jamais tout le monde. J'en ai 5 prises à quelques secondes d'écart, à chaque fois le nombre de personnes n'est pas le même, les personnes ne sont pas à la même place, bref, c'est flouté.

 Ensuite visite de l'église haute, une lente montée par un temps frais qui évite la surchauffe des pieds, pause dans cette église du XVIIe siècle à la façade du XIIe et retour vers le parking par le chemin vert des jardins avec salutation aux pintades.

Et après? Il est l'heure, chacun reprend la route et rendez-vous est pris  pour les pétarots.

Pour la première fois, pas un cabriolet n'est resté découvert toute la journée. Seuls les anglais ont tenté de relever le niveau.

Retour