PETAR'EAU

Images et texte Francis B. et Georges M.

 

Les jeux de mots on été vaseux, pas boueux, vaseux: pétar'EAU, pétal'EAU, même sortie bretonne, vous dire, mais ils ont roulé sans se plaindre.

Tout devait commencer à 10 heures, mais tout a commencé avec le bouillon de 11 heures diront les mauvaises langues.

 Non, ce n'est pas vrai, nous avons eu beau temps et la marée à fort coefficient nous a aidés à faire face. Nombreux et motivés, quatre voitures et une douzaine d'huitres, soit 14 deux roues en pleine forme. De la bouteille mais la pêche. Regrettez absents et abstentionnistes! Tout s'est bien passé: chaleur modérée, pentes pédalantes, humidité retenue.

Oui, ne mentons pas, un MBK a eu panne moteur dès le départ, mais après avoir ouvert le robinet d'essence il ne s'est plus arrêté. Une bleue et une orange ont eu le circlip de pédalier relâché, rien de grave. Ma grise a dégazé une sacoche dans une descente et après elle marchait beaucoup moins bien. A l'arrête suivant j'ai retrouvé le ressort de tension de la sacoche: dans les rayons, une fois dégagée de ce ressort, elle marchait comme avant. Voilà, j'ai été honnête.

Au point de vue du château Tayac, notre leader maximo a conseillé, avec une insistance de connaisseur, aux cabriolets de bacher. Les deux ont obéi, c'est  un pro du ciel local. Et bien, il avait raison, une heure après cela tombait bien et il en a profité aussi pour changer le programme: à Tayac, on continue de rouler plus que prévu et on va pique niquer dans un lieu abrité et pas comme prévu.

Si vous voyez souvent Poney sur les photos c'est qu'il est plus facile de s'arrêter pour prendre la photo de celui qui est derrière que de courir en pédalant pour précéder les plus véloces. Je veux vous y voir avec l'AV 32 sans embrayage! Et merci Yves qui l'a réglé aux petits oignons jeudi. Il atteignait 44 km/ lancé contre 38  avant le réglage. Vérifié auprès de l'Etat au radar pédagogique de Saint André.

Tout s'est déroulé comme il l'a dit, la pluie nous a atteints à trente mètres du lieu abrité. Un chef, un vrai. Du coup l'après midi nous avons refait non le monde mais les deux roues, autour d'une table parfois non étanche, mais plus que le ciel qui a vidé ses seaux.


Dispersion rapide vers 16 heures en profitant d'une éclaircie car nous étions venus à pied, enfin sur deux roues et sans équipement de marin.
Journée agréable, sans pluie sur la route, un repas comme seuls les fous savent en animer, un circuit qui a permis au plus fou d'arriver premier avec Poney 50 au lieu du repas. Certes, il a coupé une boucle du circuit et entraîné dans son sillage les 4 voitures suiveuses qui n'avaient d'yeux que pour lui. Et il est arrivé premier. Seul le résultat compte vous dira-t-il. Et il a fêté cela.