Cette année le nom de notre sortie lointaine est « Mustang cabré »

4 et 5 septembre 2011

Scénario Georges, photos Georges, Michel B, Michel G, JP

Le Samedi, debout dès potron-minet et  rendez-vous devant une cave vinicole. Dur programme, le week end s'annonçait chargé!

Deux voitures ont eu des problèmes de démarrage,elles ne nous ont rejoints que plus tard (enfin, les chauffeurs ont eu des problèmes, car question voitures ce fut la tranquillité assurée.

Où sont nos nos belles d'antan qui nous lâchaient dès la première difficulté et parfois avant? Les fous se sont professionnalisés et on sent que si le tour de main artisanal (fil de fer et ficelle, si! Cela a encore été pratiqué mais je n'ai pas de photo même si beaucoup en ont à foison, pour cela reportez-vous à Mustang cabré, fin de la parenthèse) ne s'est pas perdu la pratique se dilue dans une mollesse  bienheureuse.

Donc, départ un peu humide, matinée touristique qui nous met en retard sur le timing et l'impératif rendez-vous du bouillon de 11 heures. Nous quittons les chemins parfumés pour la grande route directe vers le château du Lanquais.

Car la baronne n'attend pas. Et bien si, elle a attendu et notre guide, jeune et un poil pète sec a commencé son éducation au contact des fous. Le pète sec nous ayant interdit de prendre des photos, vous n'en aurez ni le poids, ni le choc des mots.

Vous noterez le coup d'oeil professionnel des membres sur la petite Fiat en vente, avant de lire le panneau et après, l'image se regarde de droite à gauche, certain ont l'air de fuir très  vite.

Au pied du château de Lanquais le lac et notre pique nique. Je sais, nombreuses photos des fous à table à chaque sortie, mais nos voiture consomment tout le temps, alors pourquoi pas nous?  Un « gars est passé entre les tables pour démarcher  ces dames pour un projet culturel: recréer un tableau de Manet qui lui tient à coeur, il  a reçu un accueil très mitigé. On se demande pourquoi.

Après  le repas, repos, chacun son style.

L'après midi, visite du moulin à papier. Guide pugnace et qui a su manoeuvrer les fous récalcitrants comme s'ils étaient de la bleusaille.

Elle nous a fait rêver avec d'anciennes nuisettes recyclées en futur papier de chiffons..... elle a  mis les mains dans la pâte et, devoir accompli, nous a laissés méditer sur la condition féminine du début du siècle passé.

elle a roulé les fous dans les aubes de sa roue.....
.... qui prenait des tours dès que la vanne du bief fut ouverte.....
Et c'est notre FOU de l'année qui a fait démarré la machine, il a été surpris que l'ensemble fonctionne, habitué aux états d'âme de ses Pétarots sauvages.
Michel, un de nos envoyés spéciaux, est satisfait de son clic-clac d'un couple fou.
Mélanger
Choisir un cadre
Plonger
Remonter
Mettre sous presse
Laisser sécher, c'est bon
Filigrane bateau ou âne pour les mauvais élèves.
Nous laissons les papetiers parler chiffons et nous prenons de la hauteur pour contrôler l'état du ciel.

Les petits chemins nous ont revus défiler et quand une halte nous surprend les british ne manquent pas de solution pour rester à l'ombre. Le bon goût en souffre car les couleurs ne sont pas en harmonie.

L'installation au camping mobilise en premier l'apéritif,  puis le plein d'essence dont je ne montre qu'une photo, je laisse aux autres participants le soin d'illustrer ce moment historique mais au final sans conséquence et qui a montré une nouvelle fois la solidarité des fous.

Enfin une non anglaise en délicatesse, en effet "un bac + 8" a fait réaliser des chicanes en béton à la sortie des pompes à essence, ce qui explique le titre de la sortie : « Mustang cabré ».

Des FOUS dessus, des FOUS dessous et un retard de 15 mn pour mettre les pieds sous la table!

Le repas dans la ferme auberge où notre démarcheur de dames semble enfin avoir du succès avec sa proposition qui est conclu par notre pot devant le mobil home, pot qui dure jusqu'au lendemain matin.
A noter que durant la nuit ( 3 heures 32 du matin) un jeune du camping appelé Richard s'est pris de querelle avec sa demoiselle d'accompagnement. Les jeunes filles ont du répondant et du souffle, nous sommes plusieurs à pouvoir le certifier. J'ai su que j'allais pouvoir me rendormir quand enfin elle l'a invité à sortir du milieu de la route, mais ce fut beaucoup,  beaucoup plus tard, les filles ont la rancune tenace.
Au matin, on prend les mêmes et on continue, mais pas avec les mêmes produits. Ensuite, nettoyage fait (merci à chacun d'y avoir participé) nous partons vers les jardins d'Eyrignac.
Pas de croissant, mais pour la TR, un peu courant avec un nuage de lait.
Durant une heure et demie, sous la conduite d'une guide férue en botanique nous avons visité (on se déchausse sur les pelouses!) un jardin qui fait honte à toutes nos pelouses et massifs.
La chapelle, il y a toujours une chapelle lors d'une visite et naturellement "Le Vitrail".

Nouveau changement de programme et  repas sur place: il y avait encore un équipement de tables et chaises à disposition sur le parking.

Durant toute la sortie nous n'avons jamais déplié notre propre matériel qui encombrait nos voitures par ailleurs. Encore un pique nique bien organisé, les aliments étaient abondants, la boisson généreuse mais chacun resta discipliné et lorsque nous avons dégagé les tables le club de Montguyon est  arrivé avec ses trente voitures et nous a succédé aux tables. Une belle synchronisation  et une animation pour le parking.

Sur le retour quelques impasses non signalées nous ont permis d'admirer l'arrière puis l'avant des voitures des participants avant un arrêt au Bugue (et là encore, belle inspiration puisqu'une averse accompagna notre pause) et sur un dernier café nous avons pris sagement le chemin du retour.

Aux dernières nouvelles tout va bien et aucune panne mémorable à déplorer.

 

Grand merci à Christaine et Michel pour ce nouvel épisode de la série: "Une vie de FOU".

Retour