LES FOUS EN GUYENNE

Samedi 18 Juin

Photos et textes de Georges, Michel(s), JP.

Le samedi 18 juin 2001, grande journée pour les fous:
1/ ils sont de sortie  pour la journée avec la Cave de Sauveterre de Guyenne: 22 voitures au final sont venues, et entières sont reparties!
2/ ils tiennent commerce entre eux de pièces diverses d'anciennes,
3/ ils ont décidé de mettre à jour leur pare brise qui, pour certains inconscients, avait trois ans de retard d'assurances. Le but était de protéger le paillon vert de la décoloration du soleil, pas autre chose comme de la négligence...

la visite d'une voiture moderne avec plein de phares décoratifs n'y est pour rien, ils venaient au café avec nous, c'est tout.
Sophie, l'organisatrice, a eu fort à faire pour nous motiver au départ, nous étions « bien » à cette cave.

Direction Génissac  où nous sommes accueillis pour le repas dans l'immense hall. Nous croisons une équipe bien connue, celle de V et V en goguette qui accepte de prendre un verre avec nous.
Notre FOU de l'année fut surpris de constater que son coffre était encombré de quelques articles ayant été exposés lors du dernier vide grenier, mais il a découvert une place dans la cave avant!
Le repas est  très animé avec les membres de la cave et nous partons pour prendre le dessert à  Saint Pey de Castets. Là nous faisons la passe de deux: une fois avec  le pot de yaourt qui chauffe et s'arrête régulièrement, et une seconde fois avec la « vedette » du jour,  qui bloque une roue arrière.
Son avenant conducteur et son accorte copilote font désespérément signe à chacun de ne surtout pas s'arrêter, oui, le coup de la panne en couple sur le bord d'une vigne... MAIS, non! Tous ceux qui ne se sont pas perdus sur le road book font halte, surtout pour passer un bon moment parce que question mécanique le conducteur n'a besoin de personne, mais pour l'amusement il faut être nombreux.
Démontage, recherche, et découverte d'un corps étranger gros comme un petit pois si costaud qu'il a bloqué la progression de cette auto. Mais un bruit se fait entendre et l'auto s'affaisse! Le tambour de frein est à terre!
   
Début des grandes manœuvres, plusieurs crics et planches, remontage de la roue et route vers le dessert.

Ouf! Fini? Que non, après le dessert direction Blasimon, et là nouvel attroupement autour d'une anglaise verte réglée aux petits oignons qui par beau temps nous joue l'anglaise. On ne change pas une équipe qui discute et les mêmes règlent le problème avec maestria pendant que la bleue joue aux bleus.

Pourquoi avons nous mis autant de temps sur le bord de la route? Parce que maintenant que nos autos sont à peu près fiabilisées nous avons tous sortis du coffre les valises d'outillage et là, en s'y mettant à cinq on a eu du mal à trouver un cric en état et quelques pinces et clés. Le bleu jaune est devenu vert lorsqu'une TC roulant à gauche nous rejoignait, nous avons donc un HOMME DE COULEURS parmi les FOUS!

Retour à Sauveterre pour la soirée, voitures autour de la cave, animation et visite avec dégustation et élaboration du cru personnel de chacun issu d'un savant assemblage dont le secret s'est perdu depuis. Un petit coup de vent a secoué les tentes mais nos voitures étaient bien protégées.

Un Cromagon  a retrouvé son os perdu depuis l'année dernière, avec encore la viande  autour, la bouteille paraît un peu grande, mais nous étions nombreux et elle fut tout juste suffisante pour notre modeste repas qu'elle humidifie avec force démonstration de muscles, les féminins n'ont pas été les derniers à se manifester.

Vers la nuit départ vers nos lointains respectifs,

 

« I'am a poor lonesome auto ».

 

 

 

La conférence de dislocation a décidé de:
1/ monter une liste du matériel de survie d'une auto qui sort,
2/ comme il semble que la panne fasse plaisir à tout le monde, d'organiser des réunions de mécanique autour d'une panne fictive qui ferait plaisir et ne nous empêcherait pas de manger à l'heure.
  Nous attendons vos propositions et demandes à ce sujet.