LA PREMIERE TRAVERSEE DE BORDEAUX

Dimanche 13 février 2011

Par Georges.M, Michel S.

Le cirque sur les allées de Tourny, ils ne croyaient pas si bien dire. Il y en a eu deux ce dimanche: le vrai et l'autre: nous.

L'accueil, sommaire mais convivial, vu l'heure matinale, il a fallu du courage et de la volonté pour se lever tôt.

Deux Georges IRAT de Fous!
Georges IRAT prototype 1949. Elle était équipée d'un moteur 2 litres.
Prévue pour une vitesse de 150 Km/h, elle était pourvue de freins hydrauliques. Seule la carrosserie de ce prototype a été retrouvée dans l'usine de Bègles (Gironde) à la fin des années cinquante.
Récemment elle a été remontée sur un châssis de Simca Huit ce qui permet de l'utiliser.

Le départ du circuit a permis de voir que B. avait des relations haut placées et chapeautées, qui Bernard ne connaît-il pas?

Rouge anglais: arrêtes,.............. Vert français: roules!
Les voitures ont tourné dans Bordeaux, Mérignac, Pessac, se croisant et suivant selon les moments, mêlées à la circulation contemporaine. Des anglaises et une Amilcar ont souffert de cette cohabitation intergénérationnelle. Les deux roues, vaillants parmi les vaillants ont circulé accélérateur bloqué en coin sans pouvoir tenir le 35 km/h  malgré tous les réglages optimisés
La Ferradeuch bien connue sur Bordeaux est venue s'y montrer suivie de sa cour.
Le road book nous a arrêtés à l'Espace du Pin Galant, où les voitures se sont mélangées et une exposition des modèles les plus divers s'est improvisée.
Après café-croissant, direction Château Pape Clément.
Sous le siège, une batterie, transplantation d'organe vers une Marly et lycée de Versailles......à suivre......
Départ du Pape, traversée du Pont de Pierre et Quinconces.

Le retour sur les Quinconces a permis d'écouter des interventions de personnes du monde de l'automobile avant que nous n'allions déjeuner dans un restaurant voisin où nous avons eu la joie de voir arriver une autre vedette bien connue des forums et du club.

Quelques vues du rassemblement montrent  la « cohue » des véhicules et leur hétérogénéité, des véhicules qui pour certains ne sont jamais vus dans les rassemblements locaux, pourquoi à cette occasion? Belle question, je vous remercie d'y répondre.

Parmi les modèles, des anglaises et encore des anglaises, quelques allemandes dites racées, des roadsters récents et avant guerre, peu de « belles voitures » et des voitures qui  ont « de la gueule ».

Pour finir, les personnes averties reconnaîtront le résultat de la loi sur le tabac, le valeureux travailleur sur deux roues d'avant guerre et le provocateur de service qui est adhérent au club, je ne vois de qui vous parlez...

Bien sûr les mains anonymes qui s'agitent sous un siège et dans un capot expliqueront le motif, ce n'est pas à moi à parler.

En conclusion de la manifestation:
200 voitures, presque 300 candidats.
Une organisation qui a eu le mérite d'exister toute la journée et d'animer le lieu.
Pouvoir circuler en ville mais aucun vétéran et peu d'anciennes vraies, l'angoisse des ralentissements.
Un stationnement anarchique qui mériterait d'être organisé.
Des participants qui n'ont pas tenu parole, nombreux (1/3) ne sont pas restés l'après midi.
Un montant de participation qui demande à être rodé.

Retour Accueil
Retour Actualités